Algérie

Monseigneur Henri Teissier, archevêque émérite d'Alger, n'est plus !

04 décembre 2020 à 14h00
Homme de paix et véritable amoureux de l’Algérie, l’ancien évêque d’Oran et d’Alger, Monseigneur Henri Teissier, a succombé mardi dernier à un accident vasculaire cérébral à Lyon à l’âge de 91 ans.

Né le 21 juillet 1029 à Lyon, Henri Teissier est issu d'une famille installée à Skikda (anciennement Philippeville) en Algérie depuis 1849.

Après des études au séminaire des Carmes à Paris, il est ordonné, le 24 mars 1955, prêtre pour le diocèse d'Alger qu’il rejoint en 1958.

Cet homme de paix et de dialogue qui maitrisait parfaitement l’arabe, obtient la nationalité algérienne en 1965 en même temps qu’une vingtaine d’autres prêtres dont le cardinal Duval.

II est a été successivement évêque d’Oran de 1972 à 1980, évêque coadjuteur d’Alger et archevêque d’Alger de 1988 à 2008. Il était depuis archevêque émérite d’Alger.

Depuis l’annonce de son décès les hommages se multiplient.

Le Premier ministre algérien, Abdelaziz Djerad, a tenu à saluer la grande passion que vouait Henri Tessier à l’Algérie dans un message publiée sur ses réseaux sociaux : « Mes sincères condoléances à la famille et aux proches du défunt, dont nous connaissons la passion pour l'Histoire de l'Algérie. Il avait mis en lumière les mémoires de l'Émir Abdelkader et n'avait pas de cesse de défendre les valeurs de tolérance, de coexistence et de dialogue interreligieux ».

Salah Goudjil, président du Conseil de la nation par intérim, affirme qu’« avec la disparition d'Henri Teissier, digne héritier de Monseigneur Duval qui a soutenu, sincèrement, la glorieuse Révolution de novembre, l'Église catholique, mais aussi toute la sphère religieuse en Algérie, perdent un de leurs fidèles serviteurs ».

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, ajoute que Henri Teissier portait un réel attachement à l'Algérie qu’il n'a « jamais quittée, même durant les pires moments de son Histoire ».

Bouzid Boumediene, secrétaire général au Haut Conseil Islamique (HCI) rend quant à lui hommage à un « Algérien nationaliste ayant œuvré durant toute sa vie pour la promotion des valeurs humaines ».